Organisations Politiques et Economiques Regionales

L’OPEP et le Printemps arabe

De multiples conflits attisent les cours du pétrole. L’OPEP doit alors redéfinir son rôle.

Le printemps arabe aura-t-il finalement une influence sur les cours du pétrole ? Dans l’immédiat, la situation du Proche et du Moyen-Orient, est au centre de l’attention des investisseurs.

La situation actuelle est plus grave que la crise de 2008. Le cartel a besoin d’un prix encore plus élevé du pétrole. Le printemps arabe a en effet poussé les pays du Golfe à accroître leurs efforts budgétaires afin de prévenir toute tentative de déstabilisation des régimes en place. L’Arabie Saoudite, effrayée par les manifestations de son voisinage et en particulier au Bahreïn, applique des réformes sur son territoire. La construction de 500 000 habitations et l’augmentation de 15 % des salaires de ses fonctionnaires afin d’éviter toute tentative de révoltes ou contestations va coûter à la monarchie wahhabite 130 milliards de dollars sur cinq ans. Pour faire face à ce défi, les Saoudiens seront obligés de hausser le prix ou même de baisser leur production pétrolière pour le maintien des prix.

Le Conseil de coopération du Golfe et l’Organisation des pays exportateurs de pétrole essaient d’uniformiser certains points de vue ou certaines pratiques, en influant sur les cours du pétrole ou en instaurant un marché commun.

Le Moyen-Orient reste toujours la région dominante du monde en ce qui concerne la production pétrolière, malgré le fait que l’Occident est en recherche permanente de nouvelles sources d’énergie.

Le défi actuel est de faire face à la raréfaction annoncée des ressources, et de rassurer les investisseurs quant à l’impact des conflits en cours dans la région, notamment le printemps arabe et les révoltes dans les pays du Moyen-Orient.

 

Be Sociable, Share!

, , , ,

Comments are currently closed.