Organisations Politiques et Economiques Regionales

LEA: Les crises

 

Les crises incessantes qui ont agité le monde arabe depuis 1945 ont affecté le fonctionnement et l’efficacité de la Ligue et son rôle est resté mineur malgré l’arrivée au pouvoir en 1952 de Nasser en Égypte (1918-1970). Surtout, la création du nouvel État d’Israël et sa victoire sur les Arabes en 1948 tournent à la confusion des pays arabes. Dès lors, la question palestinienne devient l’enjeu majeur de nombreux sommets de la Ligue arabe – c’est dans son cadre qu’est créée, en 1964, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), devenue en 1976 membre à part entière de la Ligue.

En effet, La Ligue arabe refuse de reconnaître le plan de partage de la Palestine arrêté par l’Onu le 29 novembre 1947. Au départ des Britanniques et à la fondation de l’État d’Israël, le 14 mai 1948, les États arabes limitrophes (Égypte, Iraq, Syrie, Transjordanie et Liban) attaquent le nouvel État, tandis que, de l’intérieur, la lutte est menée par la Garde nationale arabe. Au cours de la campagne « des dix jours » (9-19 juillet 1949), les armées arabes sont refoulées. Après une trêve qui permet l’évacuation de 500 000 Arabes, Israël attaque l’Égypte (octobre), occupe le Néguev et rejette les Égyptiens sur El-Arich. Les lignes de cessez-le-feu deviennent les nouvelles frontières d’Israël.

 

Guerre des 6 jours :

 

La guerre des six jours est la guerre qui opposa, du5 au 10 juin 1967, Israël a l’Egypte, la Jordanie, la Syrie et l’Irak. Cette guerre fut déclenchée comme une « attaque préventive » d’Israël contre ses voisins arabes.

 

La résolution de Khartoum du 1er septembre 1967 est une charte de solidarité affirmée entre les dirigeants de huit pays arabes membres de la ligue des Etats arabes en conclusion d’une réunion à la suite de cette guerre. Cette résolution constitua la base de la politique de ces gouvernements jusqu’à la guerre du Kippour de 1973. Les principaux points de cette résolution: Une lutte permanente contre Israël pour regagner les territoires perdus pendant la guerre, l’utilisation du pétrole arabe et de son extraction comme d’une arme diplomatique, une solidarité arabe et la fin de la guerre au Yémen, une collaboration militaire entre pays arabes pour se préparer « à toute éventualité », la défense des droits du peuple palestinien et une aide économique pour l’Egypte et la Jordanie.

La résolution contient aussi ce qui est connu des « trois nons » : pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance d’Israël et pas de négociation avec Israël.

 

Guerre civile libanaise:

 

Longtemps considéré comme un pont entre le monde arabe et le monde occidental, le Liban est en proie à partir de 1975 à une guerre civile, aux dimensions régionales. S’y affrontent la résistance palestinienne (présente au Liban depuis qu’elle a été chassée de Jordanie en 1970-1971), les troupes syriennes et israéliennes.

Pour Israël il s’agit alors principalement de miner l’assise territoriale de l’OLP. Mais l’intérêt israélien pour le Liban est aussi dicté par l’importance des ressources hydrauliques du pays et la présence syrienne. Entre 1949 et 1964, le Liban enregistre 140 agressions israéliennes, entre 1968 et 1974 3000.

Dès 1973, Israël mène une opération à Beyrouth et trois importants dirigeants de l’OLP sont assassinés. En 1975 la guerre civile éclate. Les ingérences israéliennes se multiplient à travers un soutien à l’armée du Liban libre, ancêtre de l’armée du Liban sud (ALS), formée d’officiers et de soldats dissidents depuis l’éclatement de l’armée en 1976, puis par l’invasion du Liban sud (opération « Litani ») en 1978.

La Syrie intervient alors également en 1976 au pays du Cèdre à la demande des forces chrétiennes qui redoutent la victoire de leurs adversaires du Mouvement national. Pour Damas, le Liban représente une « zone d’influence » et même une partie de la « Syrie naturelle », qui lui a été arrachée par la colonisation.

En Octobre 1976, pendant le Sommet à Riyad, le Sommet a donné mandat à la Syrie pour garder 40,000 soldats au Liban en ce qui constituerait un groupe pour restaurer la paix.

Source:  http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/arabe/105875

http://www.monde-diplomatique.fr/cahier/proche-orient/region-liban

 

 

Be Sociable, Share!

, , ,

Comments are currently closed.