Organisations Politiques et Economiques Regionales

CCG: Le Bahrein et les choix strategiques, le CCG passe a l’action

Le Bahreïn est un petit royaume situé dans le golfe persique et gouverné par la famille Khalifa. Il fait partie depuis 1981 du conseil de coopération du Golf le CCG qui englobe six régimes monarchiques ; l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis, le Koweït, l’Oman et le Qatar. La famille royale est de confession sunnite, tandis que la majorité de la population est chiite. Cette communauté se considère victime de discrimination sur le niveau politique, économique et social. Elle est interdite de remplir les emplois publics et surtout sécuritaires.
Dès le début de l’année 2011, le monde arabe est secoué par des démonstrations réclamant la liberté est la chute des régimes tyranniques. On donne a ces évènements historiques le nom de « printemps arabe », or les manifestants tunisiens réussirent à chasser le président Zen ben Ali puis quelques semaines plus tard le président égyptien Hosni Moubarak démissionne. Cela pousse l’opposition bahreïnienne dès le 14 février 2011 à contester le régime de la famille Khalifa. Le pays connaît des protestations de la part de l’opposition.
Apres un mois de mobilisation populaire, pendant lequel les protestants occupaient la place de la perle, la famille royale fait appel au conseil du coopération du golf. Le CCG décide de fournir une aide de 10 milliards de dollars au Bahreïn et d’envoyer 5000 soldats des troupes de la force commune connue par le nom de « Bouclier de la péninsule » pour contenir la contestation populaire dans la monarchie. Cette force, comportant des troupes surtout saoudiens, émiratis et jordaniens, entre au Bahreïn dans des véhicules blindées par le pont du roi Fahd le 14 mars 2011.
Apres l’intervention des forces du CCG, les manifestations ont été réprimés, mais plusieurs cas de disparitions ont été enregistrés. Les arrestations dépassent les centaines, et l’usage de la torture cause la mort de plusieurs, malgré l’annonce de l’indemnisation des victimes. Les activistes accusent le pouvoir d’avoir commis des épurations tandis que le régime accuse l’Iran d’agiter l’opposition. Les medias arabes et internationaux éprouvent un silence concernant les évènements qui ont pris place au Bahreïn ce qui n’était pas le cas dans la Syrie ou la Libye.
D’autre part, l’intervention du « Bouclier de la péninsule » sous le commandement saoudien, représente une action inédite dans la région, or, c’est la première fois que l’Arabie saoudite impose une intervention militaire sur un pays du CCG. Par contre, les relations entre les deux rives du golf persique sont à leur plus bas niveau. Or, cette intervention a augmenté la tension entre les monarchies sunnites du golf et l’Iran principale force chiite, accusée d’ingérence dans les affaires intérieures des pays arabes, alors que Téhéran refute ces accusations. Les troupes du CCG sont toujours au Bahreïn, où elles ont établi une base de commandement. L’intervention au Bahreïn marque un tournant, en accélérant la mise en place d’une politique de coopération, de sécurité et de défense régionale. L’intervention militaire commune donne le signe d’une réorientation stratégique et politique du CCG.

Source :

DAZI-HENI, Fatiha. Le conseil du cooperation du golfe : une cooperation de securite et de defense renforcee, CERI-SciencesPo. septembre 2011.

http://www.ceri-sciences-po.org/archive/2011/septembre/dossier/art_fdh.pdf [Consulté le 31 Mars 2012]

Be Sociable, Share!

, , , ,

Comments are currently closed.